• Visuels Pas(sage)

     "Entrez c'est ouvert " 

     

     

     "Entrez c'est ouver "

    Installation “(Pas) sage”.

    La réalisation et les moyens :

    A l’occasion des portes ouvertes des ateliers d’artistes de la ville de Fontenay-sous-Bois, “Entrez c’est ouvert” l’association a présenté sa première manifestation les 8 et 9 mai 2010. Au programme, plus de cent cinquante artistes ont ouvert leurs ateliers tandis qu’une vingtaine d’artistes étaient conviés à exposer dans des espaces mis à disposition par la ville. Nous avons ainsi assisté à toutes les réunions de préparation de cette manifestation et Myriam El Makkaoui, chargée de la culture de la ville, nous a proposé un espace.

    Le choix du lieu :

    Parmi les lieux que nous a proposés la chargée de la culture, il y avait l’école maternelle et primaire Henri Wallon, situé proche du Val de Fontenay. Nous l’avons alors visité et nous avons remarqué une tonnelle de vingt-huit mètres de long qui traverse et séparent les différents niveaux scolaires. C’est un espace singulier dans l’environnement.

    Description de la tonnelle :

    Il s’agit d’une sorte de voûte de plastique supportée par des colonnes de métal blanc. Entre chaque colonne, l’espace est vide, ces espaces donnent accès aux différentes cours d’école. Ses dimensions sont de 175 x 2800 x 200 cm.

    Description du projet :

    Nous avons décidé de transformer le lieu de transition en jouant avec les caractéristiques esthétiques de la tonnelle. Après plusieurs mois de concertation sur les objectifs les plus importants à respecter, et les enjeux d’une telle exposition, éphémère en milieu scolaire déserté le temps d’un week-end. Nous avons créé des parois translucides dans lesquelles viennent s’incruster différents cadres. L’emplacement des cadres a été choisi en fonction du point de vue qu’il peut offrir sur l’extérieur. De cette façon, nous orientions le regard du spectateur vers un point précis. Cette composition est accompagnée d’une pièce sonore diffuse dans l’ensemble du passage. On entend alors des bruits de pas étrangers qui parcours l’espace du spectateur. À l’aide de capteurs les sons se modifient en fonction des mouvements que font les visiteurs, s’ils accélèrent, ralentissent ou s’arrête le son accompagnera leurs mouvements. Le son est diffusé à l’extrémité de la tonnelle et se répand dans la totalité de la tonnelle. Les cadres joue un rôle particulier, ils orientent le mouvement du spectateur, parfois ils donnent un point de vue très proche parfois plus lointain, il invite à s’arrêter et donc à comprendre le processus sonore, mais même temps lui donne le sentiment d’être observe, voire suivi, peut-être par tous ces enfants absents.

    Bilan de l’installation “Passage”

     Le résultat a beaucoup impressionné les visiteurs, et nous sommes satisfait de notre première expérience collective. Une centaine de personnes ont ainsi défile dans notre tonnelle pendant l’espace de deux jours. Ils ont été souvent émerveillés par l’interactivité de la pièce. Les enfants ont pleinement profité de l’aspect ludique de la pièce. La cellophane donne un aspect musculaire voire organique à la pièce qui peut nous renvoyer à notre propre corps, les bruits de pas assourdis ou ralentis par le visiteur prenaient parfois des tonalités proche du battement de Coeur. On a ainsi un regard sur le corps en mouvement de l’intérieur vers l’extérieur, un regard vers le loin puis vers notre propre intérieur.

    Nous avons pu remarquer ainsi que les spectateurs, que le manqué de communication nous a fait faute. Notre lieu d’exposition était excentré, la volonté de la ville étant de faire vivre les quartiers défavorisés par l’action culturelle. Nous avons pu constater qu’il est extrêmement difficile de faire venir les personnes dans des lieux qu’ils ne connaissent pas, où il n’y a jamais d”évènement culturel, cela demande alors davantage de moyens de communication que nous n’avons pas encore.

     

     

     "Entrez c'est ouvert "